obsèques de jacques vergès

Paris le 3 novembre 2013

Jacques BIDALOU
Magistrat honoraire

à

Mmes et MM. les Hauts Conseillers du Conseil d’Etat

OBJET : Recours pour excès de pouvoir contre la décision implicite de rejet opposée par Mme la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, à la demande de protection statutaire formée le 30 août 2013 par le requérant .

Très sensible pour elle-même aux remarques sottes d’une fillette de 10 ans, qui ne partage apparemment pas son engouement pour la copulation homosexuelle sous le sacre du mariage ni pas davantage pour la dissémination incontrôlée des filiations au risque de définitivement marchandiser l’enfant , Mme la Ministre de la Justice Christiane TAUBIRA continue de rester fidèle à la véritable philosophie de ses devoirs ministériels, soit l’abstention frauduleuse en toutes circonstances, et elle n’avait donc logiquement rien à dire sur la demande de protection statutaire tout aussi logiquement formée par le requérant, qui au mépris de ses droits statutaires doit ainsi accepter d’être défini sur le site d’information perpétuelle d’Internet comme étant « ancien juge chassé de la Magistrature » .

Tout cela pour avoir été présent à l’office religieux des obsèques de l’avocat Jacques VERGES !

Il doit y avoir des limites à la débandade ministérielle, surtout lorsque celle-ci se double d’une agressivité idéologique en toutes circonstances au-delà de toute saine provocation.

Mme la ministre est très forte pour se décrire rongée d’élans de compassion, empêtrée d’un sens exacerbé de la bienséance, habitée d’une dévorante métaphysique en faveur du prochain, hanter par la terreur de laisser pendre une main désespérée ( cf. Mes météores, ed. Flammarion 2012, p. 261), mais en réalité, à part pour aller dérisoirement ( et onéreusement) rendre une visite secrète à un couple de lesbiennes en Afrique du Sud, Mme la ministre TAUBIRA reste enfermée sur la seule contemplation de son nombril, et nul d’ailleurs ne l’a jamais vue aller au-devant de ses compatriotes bretonnes, béarnaises, ou autres , en difficultés devant l’injustice.

Très forte pour exciter abusivement les critères raciaux, Mme TAUBIRA a su cependant préférer banalement aligner son destin politique sur un escroc tel que Bernard TAPIE… plutôt que sur un DIEUDONNE , pourtant frappé d’ostracisme au risque d’élimination professionnelle radicale .

C’est assez dire que le présent recours s’inscrit dans le champ de l’hypocrisie sociale la plus révoltante, et il appartiendra donc aux juges du Conseil d’Etat de maintenir et préserver les formes républicaines de la vie publique.

Ma demande de protection statutaire du 30 août 2013 était suffisamment circonstanciée et argumentée pour contraindre tout ministre de la justice respectueux de ses fonctions et devoirs à intervenir selon ce que de droit — et d’ordre public !

C’est pourtant en violation aussi délibérée que manifeste de ses devoirs ministériels que Mme Christiane TAUBIRA a cyniquement et férocement décidé qu’elle maintiendrait encore et toujours à mon égard ses traitements discriminatoires qui certes la réconfortent dans ses désertions et trahisons, mais ne font nullement mon affaire —- alors même que j’ai dû apprendre tout récemment du Conseil d’Etat que les décisions implicites de rejet de Mme TAUBIRA peuvent ne pas constituer des décisions administratives d’une autorité administrative, relevables par là même d’un recours pour excès de pouvoir !

Mme TAUBIRA aurait donc ainsi le droit de prospérer dans sa sphère d’irresponsabilité, tandis que le requérant n’aurait que le droit de demeurer toujours embourbé dans la forfaiture étatique la plus dégueulasse !
Il convient à la fin de vérifier que tous les hommes sont égaux en droit et en dignité, et que les idéologues et les tricheurs n’auront jamais capacité terminale à dénaturer ou bafouer les principes fondamentaux placés sous la protection de la loi ( en l’occurrence la loi organique !).

… Qu’ils aillent au diable, ceux qui ne conçoivent les rapports humains que dans la roublardise la plus dégoûtante , tel doit être le sens de l’arrêt que le Conseil d’Etat saura rendre sur la présente requéte.

Par ces Motifs

Plaise au Conseil d’Etat

Fixer délai rapproché pour la production du mémoire en réplique de la partie adverse

Annuler pour excès de pouvoir la décision implicite de rejet opposée par la ministre TAUBIRA à la demande de protection statutaire du 30 août 2013.

Pièces jointes :
– ma demande de protection statutaire du 30 août 2013
– rapport Chefs de Cour de Versailles du 14 octobre 1981
– conclusions VERGES de l’audience du 21 janvier 1982 du TGI
Thionville siégeant en audience solennelle d’installation ( a. 7
du statut de la Magistrature, bafoué depuis trente ans par des
ministres de la justice tous plus ignobles les uns que les autres).
– courrier VERGES au Pdt du TGI Thionville du 22 janvier 1982
– courrier de François MITTERRAND du 13 août 1987
– Ordonnance CE du 10 juillet 2006, Jacques BIDALOU, rendu suivant les voies de forfaiture habituelle du Conseil d’Etat, juridiction de tricheurs professionnels sans âme ni conscience, sans foi ni loi, sans décence ni scrupule.
– arrêt CE du 1er octobre 2010, Nadège TACITE ( magistrate à ce jour en Guyane) et rapport GUYOMAR
– courrier du 29 janvier 2012 aux Chefs de la Cour d’appel de Metz
– Google Internet , « Juge BIDALOU », à la date du 12 octobre 2013 ( « les obsèques de Jacques VERGES ont été célébrées à Paris)

Copie pour information à MM HOLLANDE et AYRAULT qui semblent dérisoirement avoir décidé de se conduire en LAUREL et HARDY d’une République française définitivement livrée à ses faussaires et à ses fossoyeurs.

Cet article, publié dans Affaire Claude Léonard, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s