Le revisionnisme qu’encourage le Conseil d’Etat,

Paris le 30 juin 2006

Jacques BIDALOU

8 place Marine

78600- Maisons Laffitte

REQUETE N. 225047

A

  1. le Président de la 7ème sous-section du Contentieux

-copie à M. le Commissaire du Gouvernement

OBJET : NOTE EN DELIBERE, après la séance de jugement

du 23 juin 2006

J’ai l’honneur d’exercer mon droit de déposer la présente note en délibéré qui sert d’alibi pour établir que le juge administratif du Conseil d’Etat est une juridiction conforme aux garanties de la Convention Européenne—encore faut-il que cette note apparaisse dans les visas de l’arrêt à intervenir.

Le Conseil d’Etat adoptera certainement la position affirmée par le Commissaire du Gouvernement et réduira donc sa décision à discuter la recevabilité de la requête du requérant… qui effectivement n’a pas cru devoir produire les pièces qui établissent qu’il est fils d’un résistant…mais qui croirait que la production de telles pièces aurait été alors déterminante en quoi que ce soit…

L’art d’éliminer toute considération des enjeux est une technique que rien ne sert en l’état de combattre, alors même que depuis l’utilisation forcenée de la « spécificité juive » pour établir des droits spéciaux, des procédures spéciales, des indemnisations spéciales et des prescriptions spéciales, et propager toujours davantage les dangers du communautarisme contre la République une et indivisible, le Conseil d’Etat aura largement démontré que de son passé collabo de la dernière guerre mondiale il a rien appris, sinon la soumission toujours réitérée aux rapports de force et à l’arbitraire triomphant.

Alors que MM. MEYER ou LIPIETZ s’autorisent des passe-droits dont ils bénéficient pour lancer des anathèmes sur la collectivité nationale dont ils prétendent distinguer quelques « justes » pour mieux fustiger tout le reste composé d’antisémites, le Conseil d’Etat de la République française aurait dû avoir à cœur de rétablir les vraies hiérarchies, les justes valeurs, les principes exacts.

Mais de l’accord de Washington du 18 janvier 2001 même pas ratifié par le Parlement français à la récente nomination de M. Pierre BESNAINOU, aventurier hautement répertorié de la finance, comme Président du Fonds Social Juif, comment imaginer que tout cela ne se terminera pas comme cela doit se terminer, dans la révélation d’un immense scandale, fondé sur une escroquerie généralisée et un rackett permanent qui ne veut jamais s’arrêter mais devra bien atteindre ses limites !

Le Conseil d’Etat est partie prenante de cette dérive racketteuse, et de façon hautement revendiqué, depuis l’aval donné le 6 avril 2001 au décret discriminatoire du 13 juillet 2001… ( mais pourquoi le rapport lu à la séance du 23 juin 2006 a-t-il cru devoir rappeler le nom des conseillers dont le requérant avait cru devoir demander la récusation … avant d’y renoncer expréssément pour ne pas être contraint de devoir constituer avocat ?!?…)

Le requérant joint en tout cas à la présente Note en délibéré, le courrier de M. Jean-Daniel NESSMANN du 25 mai 2006 et la réponse de M. Alain LIPIETZ ( né après la guerre mais si odieusement prédestiné par lui-même—et au nom de son père, mort de vieillesse— à séparer les salauds des héros, y compris parmi les cheminots !).

Et comment ne pas conclure avec cette fin de non-recevoir opposé le 26 décembre dernier par la « Commission pour la désignation des Justes des Nations » (sic) au résistant français Jean JOLIVET… qui a cru pendant la dernière guerre sauver des juifs …mais sans doute s’agissait-il de faux juifs…mais pour ce qui est de Jean JOLIVET, le Conseil d’Etat sait aussi pratiquer la discrimination négative.

Le revisionnisme qu’encourage le Conseil d’Etat, c’est que finalement la dernière guerre mondiale , au-delà de ses 50 millions de morts, cela se réduit à la simple lutte entre deux gangs se disputant la possession de comptes bancaires, de tableaux, et autres mobiliers… relevant de l’imprescriptibilité du crime contre le mobilier… !

PAR CES MOTIFS

Plaise au Conseil d’Etat

Ordonner renvoi de la cause en assemblée plénière.

Cet article, publié dans plaintes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s