Guillaume PEPY, Directeur de la SNCF

Paris le 21 août 2015

 

Jacques BIDALOU

Magistrat honoraire

Président statutaire de SOS Victimes de Notaires

             à

 

  1. Guillaume PEPY, Directeur de la SNCF

 

OBJET : de la sécurité du transport en chemin de fer

 

   Ref. : de l’agression du 7 mai 2005 de Mme Pierrette LABORDE dans le TGV Pau-Paris à l’attentat terroriste du 21 août dans le Thalys.

 

Je sais que vous êtes un grand sentimental, votre vie publique est parsemée d’amours célèbres qui défrayent la chronique, et pour ma part, je suis plutôt hostile à vos étranges manœuvres destinées à dramatiser artificiellement le sort judiciaire déjà par lui-même arbitraire de la SNCF devant les tribunaux américains pour de fait obéir à des groupes de pression et faire vous-même pression sur le Gouvernement français ( j’évoque ici l’indemnisation des « victimes de la Shoah non couvertes par des programmes antérieurs » sur la base de 60 millions de dollars versés par les autorités françaises— plus exactement les contribuables français— à un fonds d’indemnisation incontrôlé sinon par le Trésor public américain).

… Vous n’aurez fait ainsi qu’exacerber les réclamations les moins justifiées ( cf. l’intervention du député Pierre LELOUCHE dans le débat parlementaire du 24 juin 2015).

Cela dit, je m’en tiendrais ici à vous entretenir d’une somme moins considérable , soit la somme de 50 euros que j’ai payée spontanément au Centre de Recouvrement de PV du Secteur Atlantique dès lors que Mme Pierrette LABORDE de Doumy faisait l’objet d’une amende pour réservation non valable dans le train Lourdes-Pau , le 28 avril dernier.

Je vous joins ici mon courrier du 30 mai 2015 pour le cas où vous n’ en auriez pas été informé par vos services décentralisés. J’ai d’ailleurs omis de préciser dans ce courrier que Mme LA1BORDE avait été autorisée par le chef de gare sur le quai à prendre le train dès lors qu’elle avait achevé plus tôt que prévu son pèlerinage du jour à la Grotte de Lourdes, ce qui ajoute à l’odieux d’une telle contravention bête et méchante, mais j’ai effectivement joint à ce courrier un chèque CPP de 50 euros.

Mme LABORDE m’a par la suite informé que le Centre de Recouvrement lui avait adressé un courrier du 10 juin 2015 qui précisait que le dossier de cette affaire serait suivie par le Pôle d’appui juridique, et que dans l’attente le chèque de 50 euros ne serait pas remis à l’ encaissement.

Ce qui n’empêchait pas comme par hasard l’Agence Nationale de Traitement Automatisé des Infractions, depuis Rennes, de lui adresser un » dernier avis avant poursuites pénales » , avec menace d’une amende forfaitaire majorée de 180 à 375 euros… rien à voir certes avec le terrorisme djihadiste qui a frappé hier dans le Thalys , mais tout de même, ce n’est pas bien d’affoler comme cela une septuagénaire de la campagne… surtout s’il s’agit d’une personne qui reste traumatisée d’une agression dans le TGV qu’elle a pour sa part ressenti et vécu comme une véritable attaque terroriste… mais du moment que la presse ne bouleverse pas l’opinion, le vécu d’une victime comme elle n’intéresse personne, même pas hélas la SNCF, pourtant directement concernée.

J’ai constaté cependant que début mai la SNCF avait encaissé mon chèque de 50 euros…

Mais il a fallu attendre le courrier adressé à Mme LABORDE le 24 juin 2015 par SNCF Voyages, Directions des Trains ( Pôle d’appui juridique de Béziers 34502, BP 60118) pour apprendre qu’il a été décidé de limiter à titre exceptionnel le montant de la transaction à la somme de 20 euros ( retrait des frais de dossier) et qu’ainsi mon chèque sera remis à l’encaissement ( « sous réserve qu’il ne soit pas rejeté par l’établissement bancaire », sic !) mais qu’il me sera restitué l’excédent de 30 euros.

Mais je note que la SNCF a ridiculement pris soin de justifier la légalité de l’infraction constatée et des opérations de recouvrement , au regard du code de procédure pénale !

Si cette « légalité » réconforte vous réconforte , Monsieur le Directeur, tant mieux pour vous , vous me permettrez de considérer que cela ne rehausse guère l’image sociale de la SNCF et que mon courrier du 30 mai 2015 n’a en tout cas en rien ébranlé votre « bonne conscience ».

Et je vous fais grâce de votre reversement de 30 euros, car je sens que ce sera bon pour votre moral, le seul qui vous préoccupe sans doute !

Je n’oublie certes pas que la SNCF a fait l’effort de se constituer partie civile devant le juge d’instruction chargé d’informer sur les faits d’agression commis par le salarié de la ville de Paris Philippe FARGUES ( un ami de M. Bertrand DELANOE ?) , mais sans manifester la détermination qui s’imposait et qui en tout cas aurait dû l’inciter à communiquer spontanément audit juge d’instruction les renseignements du réseau informatique CESAR relative à cette agression du 7 mai 2007.

( Mme LABORDE a bien demandé cette communication, mais vous savez ce qu’est devenu le Parquet de Paris, une lamentable instance !)

ET je continue en tout cas de trouver lamentable l’absence d’effort commercial de la SNCF pour une voyageuse qui a vu surgir devant elle, avec la même terreur que les voyageurs du Thalys hier , un homme manifestement prêt à la tuer … il n’y avait pas de militaires américains pour s’interposer, mais selon Mme LABORDE c’est le capitaine de l’équipe de rugby à XV, M. Lionel NALLET, qui a stoppé l’entreprise criminelle de Philippe FARGUES…. Il aurait été intéressant de l’entendre… Mais qu’ajouter puisque de toutes façons la justice française depuis 2007 ne fait que saboter la procédure, bafouer les droits de la victime et protéger l’agresseur…et que la place Vendôme au Palais de l’Elysée, tout le monde s’en fout !

Il y a quelques jours je suis revenu au domicile parisien de M. Philippe FARGUES, il y habite toujours ( logé par la Mairie de Paris dont il est toujours salarié manifestement) , sauf qu’il est devenu vraiment fou, et deux jours avant ma visite, il venait encore d’agresser la boulangère du coin….

Mais le Ministère Public restant aux abonnés absents depuis le 7 mai 2007, à quoi bon s’indigner ! … et qui sait, c’est une espèce de Philippe FARGUES qui a pu balancer par la fenêtre le corps de M. Richard DESCOINGS dans une chambre d’hôtel de New-York… mais il est faut espérer que la justice américaine est plus sérieuse dans ses enquêtes que la justice française définitivement soumise au carriérisme qui conduit à toutes les désertions et trahisons.

Je joins au présent courrier, les pièces susévoquées, et aussi mon courrier du 14 mai 2014 à M. le Conseiller-Justice de l’Elysée, et mon courrier du 13 janvier 2015 à Mme le Conseiller-Justice de l’Elysée.

 

Je vous remercie de votre haute attention et vous prie d’agréer mes respectueuses salutations.

 

 

  • copie pour information à Mme TOME, Conseiller Justice du Président de la République ainsi qu’à M. le Directeur du Cabinet de Mme le Garde des sceaux
  • copie également à M. le Directeur des Affaires criminelles de la Chancellerie.

 

Cet article, publié dans Discussions juridiques, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s