Philippe FARGUES Profession : Tueur à gages, Employeur : la Mairie de Paris

Jacques BIDALOU                                                     Paris le 4 décembre 2012

Magistrat honoraire

                  à

 

  1. le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

 

Nom : Philippe FARGUES

Profession : Tueur à gages

Employeur : la Mairie de Paris

Parrain : M. Bertrand DELANOE, Maire de Paris

Marraine : Mme Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux

 

Il me semble que sous votre Gouvernement il devrait y avoir spontanément des limites à l’irresponsabilité mais je constate hélas que rien ne sert d’alerter la ministre de la justice ou l’employeur de Philippe FARGUES— auteur d’une tentative d’assassinat le 10 mai 2007 sur le TGV Lourdes-Paris sur la personne de Mme Pierrette LABORDE— autant s’adresser à des bestiaux ravagés de l’encéphalite spongiforme.

Sans doute faudra-t-il attendre de nouveaux exploits de ce Philippe FARGUES pour que Mme TAUBIRA se manifeste… et ce sera alors dérisoirement pour vanter sa conférence sur le consensus en matière de récidive qui va très bien avec ses circulaires pénales autistes qui n’impressionnent qu’elle-même .

Je veux cependant attirer votre haute attention sur les déclarations de Philippe FARGUES telles qu’il a bien voulu les consentir devant le juge d’instruction le 17 juin 2008… étant souligné ici que pour connaître ces déclarations, il a fallu que les juges de la chambre de l’instruction décident de les reproduire dans leur arrêt du 5 juillet 2012, car sinon les réseaux de protection rapprochée du crime organisé qui ont quadrillé le système judiciaire auraient réussi à camoufler cette pièce essentielle du dossier .

Ce qui est remarquable c’est la stratégie déployée par FARGUES, qui fait état lui-même d’éléments de fait et de droit que la justice française avariée qui fait loi aujourd’hui, avait surtout pris soin de ne jamais fait apparaître…. C’est donc FARGUES qui évoque ses doigts dans les yeux de quelqu’un qui lui avait fait un croche-pied, c’est lui qui évoque le coup de couteau par lequel il a lacéré le bras de son beau-frère … c’est lui qui évoque sa qualité de fonctionnaire de la ville de Paris… c’est lui qui évoque sa formation de psychologue de l’Ecole de Palo Alto ( à bon entendeur, salut !) …. La juge d’instruction , aux ordres des parquetiers, avait pris soin de ne rien rechercher … et d’ailleurs rien ne sera ensuite vérifié.

En vérité, FARGUES, pas fou pour un sou, sait qu’il doit veiller lui-même à sa défense, qu’il doit mélanger le vrai et le faux, mais sans oublier le vrai, des fois que ses employeurs ne décident finalement de le lâcher…. Et si les juges de la Chambre de l’instruction ont décidé de citer ses déclarations, comme celles du psychiatre ( autre pièce dissimulée jusqu’alors) , avant d’ordonner comme mesure de sûreté l’interdiction de détenir ou porter une arme, c’est pour se dédouaner de la décision de prolonger l’information qu’ils auraient dû ordonner et qu’ils n’ont, dans le contexte accablant d’inconscience professionnelle, malheureusement pas osé prendre

Et là-dessus, nous avons le diagnostic médical fait à l’audience par un psychiatre qui n’a pas vu depuis 4 ans le client… il est vrai qu’au demeurant ce psychiatre n’avait eu aucune difficulté à établir en juillet 2008 qu’il est certain que le 10 mai 2007 , au moment des faits, FARGUES était atteint d’un trouble psychique.

Heureusement, au demeurant, que c’est FARGUES lui-même qui établit qu’il a été stoppé dans son agression par l’intervention d’une personne tierce ; « quelqu’un est arrivé depuis l’autre couloir du train et m’a agressé en me disant « N’y touche pas ». je m’interroge sur ce monsieur… » ( il est pas fou le FARGUES, il n’imagine pas que la justice n’ait pas entendu un tel témoin, alors il prend soin de le mettre en cause).

Il y a donc bien eu une tentative d’assassinat, qui n’a pas été à son terme que grâce à l’intervention d’un tiers… c’est pourquoi, M. le Premier Ministre, même si vous restez désarmé devant les carences professionnelles des uns et des autres, vous voudrez bien prendre soin d’ordonner que la victime Pierrette LABORDE, qui a 71 ans, et doit veiller sur son mari octogénaire et sa fille handicapée de naissance, puisse bénéficier sans plus attendre d’une indemnisation appropriée à cette tentative de crime, pour cette agression où les carences de la SNCF et de la Mairie de Paris se sont ajoutées aux carences de la police et aux trahisons de la justice pour surtout ne jamais rendre justice dans cette affaire hautement exemplaire.

« Secret d’Etat », c’est FARGUES qui le dit , plutôt deux fois qu’une ! … C’est bien la preuve qu’il est fou, avait cru devoir commenter le président de la chambre de l’instruction…Et vous, M. le Premier Ministre, êtes vous certain que c’est la folie qui s’exprime ainsi…. Tout aura certes été fait dans cette affaire pour que la vérité ne puisse advenir… Il faut en contrepartie l’indemnisation rapide de la victime Pierrette LABORDE. Je compte sur vous ! Et je vous prie d’agréer ma haute considération.

 

Cet article, publié dans Affaire Claude Léonard, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s