Installation de M. Jean-François BEYNEL

Paris le 3 septembre 2015

Jacques BIDALOU

Magistrat honoraire

à

  1. le Premier Président de la Cour d’appel de Grenoble.

OBJET : Défense de mes droits statutaires

J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir me faire connaître la date d’installation de M. Jean-François BEYNEL dans ses fonctions de Procureur général près la Cour d’appel de Grenoble, pour me permettre de me porter partie intervenante dans cette procédure prévue par l’article 7 de l’ordonnance du 22 décembre 1958 comme garantie statutaire .

J’entends en effet m’opposer à l’installation de ce magistrat dont j’ai pu constater qu’il n’a rien d’un magistrat mais tout d’un tricheur professionnel, sans foi ni loi, sans âme ni conscience.

Mon courrier du 3 juin 2015 ( ci-joint) ne l’a guère fait émerger de son impavidité bovine au long cours et au demeurant rien ne sert d’en appeler à l’intelligence de celui qui a manifestement décidé d’assurer son carriérisme en se comportant en toutes circonstances comme un abruti…. J’ai pu voir à l’œuvre de monsieur lors des procédures disciplinaires de nos collègues COURROYE et GANESCIA, c’est pitoyable…. Seulement digne d’une instance aussi avariée que le C.S.M. !

Il est temps que la magistrature française retrouve les voies de l’honneur, de la considération des personnes et le respect des lois en vigueur, spécialement les lois organiques qui assurent le principe de l’indépendance de la justice ( et donc de sa dignité) établi par l’article 64 de la Constitution.

L’audience d’installation est certes imposée par le Législateur organique, mais elle est une audience comme les autres ( cf. la décision APAP du CSM) et si elle ne saurait naturellement être qualifiée de simple mesure d’administration judiciaire sans volonté stupide de bafouer le Statut de la Magistrature, elle doit permettre l’intervention volontaire à titre accessoire ou principal de tous ceux qui y ont intérêt.

Je tiens donc à être présent à l’audience d’installation de M. BEYNEL pour déposer des conclusions d’intervention portant mon opposition à cette installation d’un magistrat qui n’aura cessé de me démontrer dans ses fonctions de directeur des services judiciaires, compétent à ce titre pour régler légalement et honnêtement mes droits de pension, une inflexible misérable volonté de malfaisance ( … qui pour être aussi celle de l’actuelle Garde des Sceaux, complice indélébile de son acolyte, l’escroc national, indic de police, Bernard TAPIE, comme celui-ci aime le faire savoir, ne saurait justifier d’aucune excuse).

A toutes fins utiles, je veux rappeler ici qu’en février 2014 j’ai été admis à consulter les Archives Nationales et j’ai pu ainsi découvrir comment les services de la Chancellerie ont ouvertement trafiqué ma vie professionnelle … et le refus persistant d’inclure la période du 24 février 1981 au 20 janvier 1982 dans les services actifs entrant en compte dans la liquidation de mes droits à pension, alors même que la preuve est maintenant irrésistiblement apportée de la reconstitution de carrière avec reclassement indiciaire, rémunération rétroactive et reconnaissance de ma situation statutaire de juge chargé du service d’instance de Hayange tout au long de cette période, ne peut se comprendre que parce que justement il existe des magistrats assez fourbes pour toujours nier mes droits statutaires, et successeur en bien pire du DSJ de naguère Raymond VIRICELLE , M. Jean-François BEYNEL n’est certainement pas digne d’exercer les fonctions de Procureur général près la cour d’appel de Grenoble… il est plutôt temps de l’inviter à quitter des fonctions de magistrat qu’il déshonore de toute son hébétude pachydermique, et je veux pouvoir effectivement le plaider devant votre Cour d’appel.

Je vous remercie, M. le Premier Président, de votre haute attention et vous prie d’agréer mes respectueuses salutations.

P.J. : 2- courrier du 3 juin 2015 ; courrier du 19 décembre 2007

-copie de ce courrier est adressée pour information à M. le Président de la République, Chef de l’Etat, à M. le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, à Mme le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, ainsi qu’à M. le Président du Conseil Constitutionnel. Copie également à M. BEYNEL.

.

Cet article, publié dans INTERNATIONALE PUNK, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s