FILLON, URVOAS, MEME COMBAT ! POUAH !

Paris le 2 février 2017

Jacques BIDALOU

Magistrat honoraire

                     à

  1. François HOLLANDE, Chef de l’Etat

OBJET : FILLON, URVOAS, MËME COMBAT ! POUAH !

  1. François FILLON aura définitivement démontré au Peuple français que l’homme politique français peut s’avérer dépravé jusqu’à la moelle ! Voilà un type qui n’aura jamais fait de ses fonctions électives que l’occasion de se faire du fric, pour lui, pour sa femme, pour ses enfants, pour ses amis , les présentables comme les non présentables, établir de surcroît des sociétés commerciales, et il continue de nous jouer les vertueux rigoureux scrongneuneux avec un cynisme à écoeurer les pires crapules de la pègre.

Mais ses certitudes d’irresponsabilité personnelle totale et définitive l’ont finalement conduit à réagir dans la situation actuelle où il s’est retrouvé soudainement emporté  comme un imbécile de complète idiotie,  incapable d’autre chose que d’en rajouter toujours dans cette idiotie… la preuve devra être apportée  très vite au Peuple français  que celui qui a pêché par le denier public périra par le denier public.

Et quid de M. Jean-Jacques URVOAS, actuel Garde des Sceaux, qui visiblement n’en a rien à cirer  des sceaux de la république, peu lui importe qu’ils soient falsifiés, trafiqués, peu lui importe d’ailleurs la justice, il n’est visiblement là que pour épauler, réconforter, soutenir, encourager , les tricheurs et autres escrocs qui gangrènent l’institution judiciaire… « institution de la lâcheté » comme vous avez su le dire , mais institution surtout depuis trop longtemps soumise à des FILLON ,  des URVOAS  et autres faux ministres mais vrais félons .

Je ne suis pas devenu magistrat pour subir la loi de ministres dépravés, être interdit d’exercer mon métier et gagner ma vie, subir la spoliation de mon domicile et  être systématiquement privé de ressources et de mes droits sociaux avec en prime l’indifférence de ces FILLON , URVOAS et autres traîtres à la patrie, dont la dépravation civique n’a d’égale que leur lâcheté ! .

Et j’en appelle donc à ici à vos devoirs constitutionnels de Président de la République.

En 1981,  j’ai dû subir une décision de révocation totalement délirante d’arbitraire, avec privation immédiate de tout revenu et de tous droits sociaux … mais c’était l’année où M. MITTERRAND a réussi à établir une alternance politique, l’année où est tout de suite intervenue la loi du 4 août 1981 portant amnistie et qui devait alors me réintégrer dans tous mes droits bafoués ( avec en premier lieu la sauvegarde du principe constitutionnel de l’inamovibilité des juges du siège, hors lequel tout n’est qu’impostures et forfaitures !).

Malheureusement, M. MITTERRAND s’est découvert gravement altéré dans sa santé, et quelque peu désarmé dans sa vigilance devant les dérèglements de ses partisans qui se révélaient soudainement d’abord soucieux d’aller à la soupe, de réussir leurs promotions sociales accélérées, et de tout ravager de leurs idéologies misérables à usages privatisés.

Je me suis ainsi retrouvé devant le redoublement des manoeuvres de « l’ancien régime », le négationnisme activiste de la loi d’amnistie du 4 août 1981 et un arbitraire étatique toujours aussi nocif et irresponsable.

Le Conseiller technique du ministre BADINTER a su dans ce contexte assurer sa carrière—- il est aujourd’hui l’agent public le mieux payé de France—- en me privant de  l’application de la loi d’amnistie ( loi pourtant d’ordre public !)  pour avancer crapuleusement  la notion de « légalité douteuse » concernant ma révocation du 8 février 1981.

Moyennant quoi ,  j’ai eu droit à ses courriers du 28 décembre 1981 et 19 janvier 1982 ( dont je n’ai découvert l’existence qu’en février 2014 aux Archives Nationales de Fontainebleau !) .

Ainsi donc, « il a été décidé d’accorder à l’intéressé une indemnité en réparation des préjudice de toutes natures subis du fait de cette révocation »….  Crapulerie de crapule !

Et j’ai certes pu récupérer , en surmontant quelque peu le chantage dont j’étais l’objet, une somme de 117 000 f …

Mais lorsque  les ministres et leurs larbins se conduisent en pourris, heureusement, dans l’Etat profond, il en est pour tenter de sauvegarder l’intérêt général…. M. FILLON vient de s’en apercevoir, et il n’est que le premier de la longue série qui se prépare…

Et c’est ainsi qu’alors que les parjures de  Chancellerie pensaient avoir réussi ses forfaits, l’Administration fiscale s’est manifestée… pour réclamer des comptes sur cette « indemnité » et finalement la qualifier de « traitements et salaires », donc imposable…. La Chancellerie avait alors  failli céder mais elle s’est vite reprise ….pour me  laisser subir un  harcèlement fiscal incessant—- j’étais vraiment le plus odieux contribuable de France pour qu’en 2013 je doive encore rendre des comptes sur mon I.R. de l’année 1981 !.—- un harcèlement qui s’est poursuivi jusqu’en … 2014… avec alors cet arrêt du 20 mars 2014 rendu par la Cour administrative d’appel de Versailles désignée par décision du 4 juillet  2011 du Tribunal des Conflits intervenant  après contradiction entre arrêts de la justice civile et arrêts de la justice administrative !

Dans cette affaire de 30 ans de procédures onéreuses et où je n’ai rien gagné mais beaucoup perdu, puisque la somme restituée par l’arrêt précité du 20 mars 2014 n’était que la somme qui m’avait été prélevée de force depuis  1999,  j’ai cru pouvoir en appeler tout de même au Ministre de la justice pour obtenir indemnisation du dépassement de tout délai raisonnable dans le règlement de cette affaire fiscale .

Mais continuant le misérable silence de Mme TAUBIRA, M. URVOAS met un point d’honneur à ne jamais donner suite… alors qu’il existe à la Chancellerie un service spécial et un magistrat spécialisé pour régler à l’amiable ce genre de question !

En vérité,  M. URVOAS doit avoir la même mentalité qu’un François FILLON, le service public, il s’en fout, seuls les traitements discriminatoires doivent le faire jouir !

Ministre de l’injustice jamais fatiguée, cela lui va !

C’est pourquoi il ne prendra jamais une minute pour contrôler l’Administration dont il est responsable !

             « Poursuis , Néron, avec de tels ministres

                 Par des faits glorieux, tu te vas signaler.

                  Poursuis. Tu n’as pas fait ce pas pour reculer… ».

P.J. : 2 ( courriers crapuleux du crapuleux Jean- Marc SAUVE)

franceinfo animated GIF

 

 

Cet article, publié dans Affaire Claude Léonard, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s