François BAROUIN et Eric WOERTH

Orthez le 4 août 2010

Jacques BIDALOU

Magistrat honoraire ostracisé

              à

  1. François BAROUIN

               Ministre du Budget et des Comptes

OBJET : requête aux fins d’annulation de redressement

                     Ref. : succession Andrée COZIC

J’ai l’honneur d’attirer votre attention sur la situation fiscale de M. Didier HIOLLE , héritier à Brest de Mme Andrée COZIC.

J’avais adressé en son temps divers dossiers  à votre prédécesseur Eric WOERTH pour rappeler la nécessité d’un examen approfondi (et contradictoire)  des conditions dans lesquelles un redressement a été imposé à M. HIOLLE et ne saurait s’interpréter que comme caution hautement malhonnête de l’Administration fiscale à la criminalité notariale qui s’est développée depuis 1970 autour de « l’affaire VILLARCEAUX » et donc Mme Andrée COZIC et M. Didier HIOLLE ont été les victimes toujours persécutées et jamais rassurées.

Je vous écris ce jour pour « célébrer » les nouveaux exploits de M. WOERTH rapporté dans la presse ce ce jour— en profitant de l’occasion pour redire ce que je n’aurais cessé de dire depuis le 15 octobre 1993, jour de la mort de Guy GRALL : la classe politique de ce pays en prendre plein la gueule tant qu’elle n’aura pas compris l’honneur de devoir réhabiliter cet agent du fisc qui avait tout compris de la corruption et en a subi une vie de misère.

Je dois ajouter que j’avais été nommé sans mon consentement représentant du Ministère public près le TGI Pontoise pour m’y renvoyer au défi de cette « affaire Villarceaux » et lorsque j’ai pris le risque d’intervenir effectivement, passant outre les menaces du procureur en titre, j’ai été dans le mois qui a suivi ( mai 1986) interdit de l’exercice de mes fonctions ( par simple décision de ce grand humaniste Albin CHALANDON qui en était encore aux bijoux CHAUMET et non à l’affaire VISIONEX que connaît bien votre collègue de la Justice).

Dès 1987 j’ai été « recruté »— invitation à l’hôtel Crillon— par l’escroc BRUERE et me suis retrouvé au ooeur de la réactivation de cette « affaire VILLARCEAUX », non pour y servir comme prévu BRUERE et la pègre, mais pour agir en « mandataire » d’Andrée COZIC , portée à son insu cautions hypothécaire sur des milliers de faux actes authentiques et de fausses grosses au porteur.

Nous avons eu, Mme COZIC et moi,  l’honneur de refuser d’apposer notre signature sur les transactions truquées et manifestement criminelles  qui devaient conclure cette nouvelle opération de captation des deniers publics par bande organisée — les dépravés de la cour de cassation n’ont évidemment pas eu la décence de nous soutenir.

En tout cas, par un jugement du tribunal de commerce de Paris intervenu en décembre 1996 , la SNC COZIC , liquidée depuis jugement du 29 janvier 1975, a été remise in bonis.

Au bout de 20 ans !

J’ai dû constater alors qu’épuisée et sans doute déjà altérée de la maladie qui allait l’emporter dix ans plus tard, Mme COZIC n’avait plus de forces pour demander réparation de cette liquidation infondée et abusive ;

Elle n’a donc pu obtenir une juste réparation— l’escroc national Bernard TAPIE ( même sponsor que BRUERE)  a pu quant à lui bénéficier de toutes les complicités étatiques nécessaires pour obtenir un pactole sur la simple intention de demander réparation du temps de sa liquidation !

Pendant 20 ans, j’ai suivi cette affaire Villarceaux, à mes frais, sans profit, au civil, au pénal, au commerce, au fiscal, à la Cour européenne, et lorsque M. HIOLLE m’a mandaté avec Mme Renée AVENEC pour faire opposition au redressement qui lui avait été notifié , j’ai pensé que le temps du dialogue était venu, et j’ai cru pouvoir faire confiance au ministre WOERTH, d’apparence si honnête,  pour faire prévaloir les idéaux de justice contre tout nouveau épisode abusif.

Mais non, c’était M. Eric WOERTH, et ni M. HIOLLE ni moi ne faisons partie de ceux qui savent donner en enveloppes privées les bénéfices qu’ils ont pu faire dans leurs impôts sur le dos de la collectivité nationale !

Il n’y a donc pas eu de dialogue, seulement l’impavidité bovine !

S’il doit y avoir un changement, nul doute en conséquence qu’au retour de vos parties de pêche dans la Creuse, vous saurez me fixer un rendez-vous pour vérifier s’il faut rendre à HIOLLE comme il a pu être rendu à CESAR !

Résultat de recherche d'images pour "barouin"

 

 

Cet article, publié dans Discussions juridiques, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s