Criminelle de bande organisée

Paris le 17 février 2013

Jacques BIDALOU

Magistrat honoraire

Président statutaire de SOS Victimes de Notaires

Délégué de l’association « Préservons le site de Roz-Trefeuntec »

                   à

                   Mme Marie-Christine DUBOIS

                  Criminelle de bande organisée

                  21 chemin du moulin d’arche

                  69370- Saint Didier au Mont d’Or

OBJET : In memoriam Auguste et Germaine LE GUELLEC, livrés  jusqu’à ce que mort s’ensuive  à un  quarteron de mafieux déchaînés, le père GAY DE VERNON, la mère GAY DE VERNON, née DE LARRE DE LA DORIE, la fille GAY DE VERNON épouse DUBOIS et la demoiselle satanique Odette BERGIER.

Vous n’avez pas réagi à mes précédents courriers du 14 décembre 2012, du 30 décembre 2012, du 5 janvier 2013, du 20 janvier 2013, et du 27 janvier 2013, et je sais bien que l’avocat multicartes , Me GOUZE du Barreau de Quimper, qui connaît si bien les défaillances de la justice française et ne doute pas de voir toujours triompher le crime , vous a recommandé de ne surtout pas réagir.

Mais il faudra bien à la fin que chacun connaisse les conditions de séquestration et de maltraitances auxquelles ont été soumis entre 1977 et 1983 Auguste LE GUELLEC  ( AVC et infarctus) et son épouse Germaine née MAZIERES ( Alzeihmer et grabataire) pour que la bande organisée conduite par votre père Christian GAY DE VERNON réussisse à force de corruptions et de falsifications, à s’emparer de leur patrimoine successoral.

Vous savez que dès le décès d’Auguste LE GUELLEC, le 12 février 1978, votre père s’est dépêché  d’aller le faire enterrer loin de sa Bretagne natale, à Vaux le Pénil ( Seine et Marne) tandis qu’il se précipitait au Manoir de Roz-Trefeuntec pour se faire ouvrir illégalement le coffre et le vider de tout son contenu , compris d’éventuelles dispositions testamentaires qui contrarieraient les manœuvres menées à Beaulieu sur Mer ( qui ont certes donné lieu à une enquête sur les causes de la mort et à une information pénale mettant même en cause le médecin pourri qui était venu attester de la bonne santé d’Auguste LE GUELLEC , mais curieusement la justice en est finalement resté au sabre de bois ).

Mais Germaine MAZIERES, née le 17 juillet 1888, de onze ans l’aînée de son mari, a survécu jusqu’en 1983, dans des conditions de vie horribles, qui devaient satisfaire assurément la famille GAY DE VERNON , pressée d’en venir enfin à l’essentiel , l’appropriation de la fortune des LE GUELLEC.

Je vous rappelle ici le témoignage du majordome Arno RAEBIGER cité dans mon premier courrier du 14 décembre 2012 : … « Madame LE GUELLEC est dans un piteux état et reléguée dans une chambre de bonne au rez-de-chaussée, seulement pour la journée dit-on, mais malgré notre présence que ce soit à 8h30 jusqu’à 11 heures du soir, nous n’avons jamais vu cette personne déplacée pour retourner par l’ascenseur dans la chambre du premier étage et je pense qu’avec ses 90 ans on devrait la monter de bonne heure dans son propre lit et la redescendre tard le matin… » (  si vous le souhaitez, je vous livrerai l’ensemble des témoignages sur sa séquestration , que pour l’instant j’entends réserver à la justice).  

Vous êtes née en 1937, vous saviez donc parfaitement à 40 ans appréhender parfaitement le sort réservé par vos parents à Mme Germaine MAZIERES ,  je vous désigne donc comme complice à part entière des manœuvres de mises à mort réservées à celle qui était devenue la veuve d’Auguste LE GUELLEC ( et sa légataire universelle à en croire les dispositions testamentaires extorquées à Auguste LE GUELLEC sur son lit de mort).

Et j’en viens à l’objet précis du présent courrier.

Le 30 mai 1983, à une heure,  est décédée au 7 rue Raiberti à Nice, Mme Germaine MAZIERES veuve d’Auguste LE GUELLEC.

Dès le 9 juin, voilà votre mère de 73 ans , demeurant 20 bd d’Alsace Lorraine à Beaulieu sur Mer, qui donne mandat à la SCP Alain Neveu, avocats à Nice, 13 rue Massena, pour déposer au greffe du TGI Nice, une déclaration d’acceptation sous bénéfice d’inventaire de la succession de Madame Veuve LE GUELLEC née Germaine MAZIERES, née le 27 juillet 1888 à Cognac, décédée le 30 mai 1983 à Beaulieu sur Mer).

En quelle qualité cette déclaration d’acceptation, ce n’est pas dit, tant il y a de précipitation.

Et le 15 juin 1983, l’avocat Alain NEVEU comparaît devant le greffier en chef du TGI Nice pour faire la déclaration d’acceptation sous bénéfice d’inventaire et c’est cet avocat qui ajoute alors la précision sur la  qualité de « cousine de sa mandante ».

   – je vous renvoie à ces deux pièces des 9 juin et 15 juin 1983 !—

…auxquelles je joint l’acte de décès du 30 mai 1983 .

Nous en sommes donc à l’année 1984.

Le 9 janvier, Me JARDILLIER , le notaire félon chargé de la succession LE GUELLEC, écrit à Me DEPO, l’avocate de Mme Marie-Louise RIOU-LE GUELLEC qui intervient dans la procédure de contestation de l’envoi en possession(  concernant le manoir de Roz-Trefeuntec et la légataire particulière LAFONTAINE à laquelle s’oppose CHIARA, tuteur de Mme Germaine MAZIERES) devant la 3ème chambre civile du TGI Nice.

Je vous ai déjà communiqué  ce courrier par lequel JARDILLIER tient à dire que la succession  « serait très déficitaire ».

Le 14 février 1984, l’administrateur provisoire DENAPE communique à Me DEPO l’ordonnance du 5 mars 1981 ( rôle 865/80, TGI Nice, 3ème chambre) qui l’a désigné.

Le 22 février 1984, Me DEPO écrit pour sa cliente au procureur de Quimper pour lui signaler l’urgence de mesures conservatoires pour le Manoir de Roz-Trefeuntec livré aux dégradations et faire connaître que Mme RIOU-LE GUELLEC est prête à venir y vivre pour assurer la garde et la conservation tant que le problème successoral ne sera pas réglée ( le Procureur LE GOUIC répondra le 16 mars 1984 pour botter en touche).

Le 15 mars 1984, le notaire JARDILLIER commence ses grandes  manœuvres, en adressant des lettres circulaires ( à tous les éventuels héritiers, faut-il supposer). Il fait connaître qu’il est chargé du règlement de la succession de Germaine MAZIERES  veuve LE GUELLEC, et  « qu’à la demande de l’une des héritières de la branche paternelle, Mme GAY DE VERNON, j’ai confié à un généalogiste la vérification de la dévolution successorale tant dans la ligne paternelle que de la ligne maternelle ». Et déjà il donne le résultat, soit 10 héritiers du côté « MAZIERES », 7 du côté « Mignet ». Il joint une note DENAPE destinée classiquement  à effrayer les héritiers, auxquels il demande s’ils renoncent, ou s’ils pensent accepter sous bénéfice d’inventaire… « selon votre réponse, je vous adresserai une procuration dans le sens désiré »…

Cette date du 15 mars reste à vérifier,  cette lettre circulaire  ne fait apparaître en effet aucune date , ni d’ailleurs aucune signature C’est d’ailleurs par un courrier du 22 mars 1984, que Me JARDILLIER a consenti  à en informer Mme Virginie RIOU, la mère de Marie-Louise RIOU-LE GUELLEC ( et tante du défunt Auguste LE GUELLEC). Dans ce courrier il prend soin de rappeler la « solution de repli » ( l’action en annulation des dispositions testamentaires reste en cours), celle de la donation du 13 mai 1928 !

Le 25 avril 1984, c’est le courrier de Me Paul Le MER, notaire à Plogonnec, nullement dupe des opérations en cours ( je vous ai déjà communiqué ce courrier).

Mais voici « l’acte de notoriété après le décès de Mme Vve LE GUELLEC née Germaine MAZIERES » établi par acte des 3 et 4 mai 1984 ( étant rappelé ici que dans l’acte de notoriété établi le 20 avril 1982 après le décès d’Auguste LE GUELLEC, il avait été rapporté que les époux GAY DE VERNON n’avaient aucune parenté avec les époux LE GUELLEC !) /

Cet acte de notoriété est établi en présence de deux témoins :

  • Paul Victor PEISSEL, généalogiste, demeurant 22 ter Bd Dubouchage à Nice, époux de Mme Huguette VENIEL, né le 6 janvier 1924, titulaire d’une carte d’identité !

  • Mme Claude Marie PANTALACCI, secrétaire généalogiste, domiciliée 22 ter bd Dubouchage à Nice, célibataire née le 15 août 1943, titulaire d’une carte d’identité.

« lesquels ont par ces présentes déclaré parfaitement savoir, à la suite des recherches auxquelles ils ont procédé dans les archives de l’état-civil et autres, comme étant à leur connaissance personnelle et de notoriété publique, ce qui suit » ( SIC !) …

Suit donc l’identification des ayants-droit, 7 dans la ligne maternelle MIGNET, 10 dans la ligne paternelle MAZIERES.

Quelles sont ces 10 de la ligne paternelle MAZIERES :

  • Mme Jeanne Marie Rose Elise DE LARRE DE LA DORIE, épouse de RIVIERE gabriel, louis, gaston, née à Angeac le 17 avril 1906, demeurant à Angeac, Charente

  • Paul Louis Marie Eugène DE LARRE DE LA DORIE, époux de Mme BRICQ Suzanne Madeleine Henriette, né à Bordeaux le 30 novembre 1908, demeurant à Avignon

  • Jean Joseph Marie Pierre Henri DE LARRE DE LA DORIE époux de Mme Marie-Antoinette Suzanne Paulette DESCHAMPS, né à Saint Malo le 8 janvier 1914, domicilié à Angoulême.

  • Louis Marie François Jean DE LARRE DE LA DORIE époux de Mme Françoise Marie Céleste ORTHOLAN, né le 22 mars 1908 à Boulogne Billancourt, demeurant à Juvisy, 8 rue Danton.

  • Mme Marie-Gabrielle Valérie Elisabeth DE LARRE de LA DORIE, épouse de René Marie Camille GAY DE VERNON, née à Limoges le 20 octobre 1910, domiciliée à Beaulieu sur Mer

  • Paul Georges Marie Louis NEAU époux de Renée Angèle Ernestine SAUVAGEOT, né à Gy, haute –saône le 3 septembre 1911. , domicilié à lons le saunier

  • Paul Eugène Marie Jean CARRE, époux de Annie Marie Simone GALLON, né à Sainte Rageonde ( Saônet et Loire) le 7 juillet 1910, domicilié à Tours

  • Mme Marie Louise Marguerite Lucie CARRE, époux de Guy Marie Augustin ROUGE, née à Mayenne le 21 novembre 2012, domicilié à Odos ( 65310)

  • Mme Marie Madeleine Georgette CARRE, époux de Paul Louis François Marie LUCAS, née à Tours le 19 juillet 1915, domicilié à Montmesnil, 37230

  • Georges Marie Emile CARRE, époux de Marcelle Fernande BOUILLON , né à Tours le 11 novembre 1916, domicilié à Tours

Voilà qui fait peu de « MAZIERES », et quelle dispersion  ( alors que les 7 de la branche maternelle MIGNET, sont tous nés à Cognac ou Saintes.

 

Il est vrai qu’en annexe, nous avons un « tableau généalogique »,  qui fait apparaître un couple :

 MAZIERES Joseph Adrien , né le 7 avril 1856 à Angoulême, qui s’est marié à Saintes le 3 février 1886 avec Julie Marie MIGNET, née à Saintes le 4 décembre 1860 , et qui ont une fille :

MAZIERES Germaine Elisabeth Alice née le 27 juillet 1888 à Cognac et décédée le 30 mai 1983 à Nice.

Mais nous avons aussi un autre couple :

MAZIERES François Louis né le   1816 à Nontron ( Dordogne) et décédé le 26 mars 1895 à Angoulême ,  qui a épousé le 28 septembre 1849 à Nontron, Mme Elisabeth LARET-LADORIE née le   1823 à Nontron et décédée le 6 août 1906 à Angoulême.

Et ce couple a eu des enfants :

-le MAZIERES Joseph né le 7 avril 1856,  qui a épousé Julie MIGNET

-une MAZIERES Elisabeth ( née le 4 novembre 1852 à Angoulême, décédée le 17 novembre 1938 à Angoulême et qui a épousé le 6 septembre 1875 M. Jean Louis Eugène DE LARRE DE LA DORIE, né le 24 septembre 1834 à Saint Front Larivière.

– une MAZIERES Jeanne Marie, née le 9 août 1858 à Angoulême, décédée le 25 janvier 1947 à Sainte Radegonde, religieuse.

– un MAZIERES François Louis, né le 25 septembre 1854 à Angoulême, décédé le      1889 et qui a épousé le 4 décembre 1851 à Niort NEAU Léopold Etienne.

Et ce couple MAZIERES-NEAU a eu des enfants lui aussi :

  • NEAU Marie Madeleine Louise Rose, née le 25 mai 1883 à Angoulème et décédée le 17 octobre 1963 à Tours, qui avait épousé un Paul CARRE.

  • NEAU Jacques Marie Joseph Léopold né le 27 octobre 1881 à Angoulème, décédé le 7 mars 1914 et qui a épousé une AUDINET Marie-Thérèse

  • NEAU Marie Adrien Joseph Georges , né le 25 novembre 1884 à Angoulème, décédé le 26 septembre 1916 à Solférino, et qui s’est marié le 29 mars 1910 avec COURAGEOT Julienne Françoise Suzanne

  • NEAU Jean Marie Joseph Pierre, né lle 3 avril 1886, décédé

           le 16 février 1964 sans postérité.

Le couple MAZIERES-DE LARRE DE LA DORIE a eu aussi des enfants :

  • jean Louis François Marie Antoine DE LARRE DE LA DORIE né le 17 juillet 1876 à Angoulème, décédé le 3 mai 1959 à Angeac et qui a épousé le 8 novembre 1904 à Montbron Louise Jeanne Marie PRADIGNAC, née le 25 juillet 1882 à Montbron et décédée le 14 novembre 1943 à Eymouthiers.

  • Louis Eugène Marie DE LARRE DE LA DORIE, né le 9 septembre 1879 à Angoulème, décédé le 28 janvier 1936 à Paris et qui a épousé le 19 avril 1907 à Limoges, ARDANT Marguerite Marie, née le 1er avril 1958 à Albi.

   Il reste à prendre acte des descendants de ces couples :

-Le couple DE LARRE DE LA DORIE/PRADIGNAC a donc engendré :

DE LARRE DE LA DORIE Paul ( qui a épousé BRICQ

DE LARRE DE LA DORIE Louis ( né le 19 mai 2011 à Bordeaux, décédé le 15 juillet 1980 à Eymouthiers)

DE LARRE DE LA DORIE Jean ( qui a épousé DESCHAMPS)

DE LARRE DE LA DORIE Jeanne ( qui a épousé RIVIERE)

-le couple DE LARRE DE LA DORIE/ ARDANT a donc engendré :

VERNON)

DE LARRE DE LA DORIE Louis Marie ( qui a épousé ORTHOLAN)

Il reste encore à considérer le couple NEAU/COURAGEOT, qui a eu deux enfants, Paul NEAU,  qui a épousé SAUVAGEOT, et NEAU Robert ( 1914-1968)

Il reste enfin à considérer le couple NEAU /CARRE qui a eu cinq enfants, Jacques CARRE ( 1909-1963) , Paul CARRE , qui a épousé GALLON, CARRE Marie-Louise qui a épousé ROUGE, CARRE Marie-Madeleine qui a épousé LUCAS , CARRE Georges qui a épousé BOUILLON

Je n’ai certes pas les moyens de vérifier ce tableau si bien établi à partir de la « notoriété publique », par le couple PEISSEL/PANTALACCI qu’il ne faudrait surtout  pas croire relever de la pantalonnade.

Tout repose apparemment sur ce couple de Nontron  MAZIERES François né en 1916 qui aurait épousé une Elisabeth LARET-LADORIE, et qui aurait eu  deux enfants ( je laisse de côté la religieuse) , d’une part le garçon Joseph né en 1856 qui renvoie directement sur Germaine MAZIERES née en 1888 , et d’autre part la fille Elisabeth, née en 1852 qui comme par hasard a épousé un DE LARRE DE LADORIE ( pas LARET-LADORIE comme sa mère !) qui renvoie directement à Marie Gabrielle DE LARRE de LA DORIE née en 1910.

Et voilà pourquoi Marie-Gabrielle serait la cousine de Germaine ?!

Je dois citer ici le courrier en date du 12 juin 1984 adressé par Me DEPO au notaire JARDILLIER :

« Mon cher Maître, Je vous écris à nouveau aux intérêts de Madame Marie-Louise RIOU. J’ai appris en effet qu’un acte de notoriété venait d’être établi pour la succession LE GUELLEC et que ma cliente n’y figurait pas. Or, Madame Marie-Louise RIOU est la cousine germaine de feu Monsieur Auguste François, Yves LE GUELLEC comme en témoignent les extraits de naissance ci-joints. Je vous prierais en conséquence de bien vouloir faire figuruer Madame Marie-Louise RIOU sur l’acte de notoriété.  Je vous en remercie par avance »

Cependant, par devant Me JARDILLIER est établi à la date du 10 juillet 1984 un « dépôt de renonciation à succession de Mme Vevue LE GUELLEC née Germaine MAZIERES ;
Comparaît Mme Hélène CREISSEN, sous-principal clerc de notaire chez JARDILLIER , qui déposé cet acte de renonciation à inscrire aux minutes de l’Etude.

Comme par hasard, les 7 de la branche MIGNET comme les 10— sauf Marie-Elisabeth DE LARRE DE LA DORIE, votre mère !— ont renoncé, foi du mandataire PREVOST Jacques, sous-principal clerc de notaire chez JARDILLIER.

Il s’agissait de remplir un formulaire tout préparé portant « pouvoir »  , en inscrivant son nom, le lieu et la date de signature .

Ces « pouvoirs » font apparaître l’authentification de la signature par le maire  ( parfois par un notaire).

Les renonciations sont datées du 24 avril 1984 ( Jeanne DLDLD), du 18 avril 1984 ( Paul DLDLD), du 6 juin 1984 ( Mme LUCAS née CARRE), du 13 avril 1984 ( Jean DLDLD), du 9 avril 1984 ( Louis DLDLD) , du 25 juin 1984 ( Paul NEAU) , du 4 juin 1984 ( Paul CARRE) , du 12 juin 1984 ( Marie ROUGE née CARRE), du 26 avril 1984 ( Georges CARRE).

Voilà une affaire rondement menée , par des signataires spécialement réceptifs aux informations du notaire JARDILLIER et qui savent répondre en temps utile ( … qui le croirait ?)

Du coup, le notaire JARDILLIER répond le 6 août 1984 à Me DEPO : « Mme RIOU n’a aucun droit dans la succession de son parent Monsieur LE GUEL.LEC ».

Pendant ce temps, en Bretagne, la cour d’appel de Rennes, par arrêt du 13 septembre 1984— où Mme DE LARRE DE LA DORIE s’est portée partie intervenante par l’avoué LEROYER et l’avocat HOVASSE de Rennes en tant qu’héritière acceptante sous bénéfice d’inventaire pour reprendre l’appel de CHIARA — réforme le jugement intimé du 23 avril 1982 rendu par le tribunal de commerce de Quimper sur la requête de SORET, et limite à 3 500 000 f la participation de la succession d’Yves LE GUELLEC au passif et condamné  à la supporter Marie-Gabrielle de LARRE de LA DORIE épouse GAY DE VERNON en tant qu’héritière acceptante sous bénéfice d’inventaire de dame Veuve LE GUELLEC, ou le cas échéant Robert DENAPE comme administrateur judiciaire de ladite succession.

Je dois ici rappeler un courrier adressé le 8 octobre 1984 par votre avocat Alain NEVEU à la juge de la mis en état FALIECH de la 3ème chambre civile du TGI Nice, qui demande le report de la clôture pour pouvoir communiquer le dossier pénal « indispensable pour la solution de cette affaire ».

Il précise : « Cette affaire a fait l’objet d’une instruction très longue qui a abouti à un non-lieu partiel au profit du docteur GUILLEMAUT et du notaire ( TATU) , Madame CONTE étant renvoyée devant le tribunal correctionnel »…

C’est là le seul document d’époque qui permet d’apprendre que le médecin et le notaire qui ont accepté de participer à la sinistre  comédie montée par la famille GAY DE VERNON  leur « femme de main » Christiane LAFONTAINE , et leur avocate Paule REY pour extorquer des dispositions testamentaires à Auguste LE GUELLEC sur son lit de mort , ont tout de même été visés par l’information pénale ouverte… Malheureusement, cette affaire pénale a été dénaturée en simples poursuites d’escroquerie contre la seule Christiane LAFONTAINE qui avait cru être plus vicieuse que ses employeurs les GAY DE VERNON !

Mais revoilà Me JARDILLIER dans ses œuvres, puisqu’il établit par acte du 4 janvier 1985, une « notoriété complémentaire à la notoriété des 3 et 4 mai 1984 après le décès de Madame Vve LE GUELLEC née Germaine MAZIERES.

Me JARDILLIER déclare agir à la requête de :

  • Madame Edith COUPE, généalogiste, épouse de Pierre Louis PARIZOT,domiciliée 22 ter Bd Dubouchage, née le 24 mai 1946, titulaire d’une carte d’identité

  • Monsier Paul Victor PEISSEL, généalogiste, domicilié à Nice 22 bd Dubouchage, époux de Mme Huguette VENIEL, né le 6 janvier 1924, titulaire d’une carte d’identité.

De quoi s’agit-il ? De remédier à une difficulté née de la renonciation des 7 de la lignée maternelle, qui oblige à aller rechercher les héritiers du 6ème degré.

Il faut donc prendre en compte, dans la lignée maternelle, les nommés Jean BOUCHER née le 8 septembre 1946, Claude Marie BOUCHER né le 6 juillet 1952, Jacques BOUCHER né le 25 décembre 1953, Didier DELOR né le 17 décembre 1959, Dominique MIGNET né le 11 octobre 1962, Denis MIGNET né le 14 novembre 1979, Anne MIGNET, née le 22 avril 1973, Alain MIGNET né le 30 avril 1955, Catherine MIGNET épouse de Thierry BOUCHAUD, née le 11 août 1952, Philippe MIGNET né le 30 octobre 1956.

Mais 48 heures plus tard, ça y est les renonciations ont été obtenues, il faut établir l’acte de dépôt  du 7 janvier 1985.

C’est le sous-principal clerc Jacques PREVOST qui comparaît devant son patron JARDILLIER et fait acter le dépôt des actes de renonciation qu’il a obtenus en sa qualité de mandataire des héritiers concernés.

Les pouvoirs ( complétés et signés, avec signatures authentifiées) sont du 30 août 1984, du 29 août 1984, du 30 août 1984, du 24 septembre 1984, du 2 septembre 1984 ( totalement suspect), du 2 septembre 2004 ( totalement suspect) , du 26 septembre 1984, du 26 septembre 1984, du 26 septembre 1984.

Voilà encore une affaire rondement menée… une ultime difficulté se présente, car Denis MIGNET  et Anne NIGNET sont mineurs… il faut donc que leurs parents comparaissent le 22 novembre 1984 dans le cabinet du juge des tutelles Alain PIERRE et fassent valoir que « conformément à un acte dressé par Me DENAPE, administrateur provisoire de la succession de Monsieur LE GUELLEC, la succession de Madame LE GUELLEC est largement déficitaire de sorte qu’il est urgent, afin que les enfants ne soient pas inquiétés par les créanciers, de désigner un clerc de l’étude de Me JARDILLIER , notaire associé à Nice, à l’effet de renoncer en leurs noms à la succession de la défunte »

Et dans son ordonnance le juge Alain PIERRE ( ancien avocat) relève :

« Attendu qu’il ressort des documents produits et notamment, d’un acte de renseignements de Monsieur DENAPPE, administrateur provisoire de la succession de Monsieur LE GUELLEC, que celle de la défunte est largement déficitaire ; qu’afin de sauvegarder les intérêts des mineurs, il convient dès lors, de faire droit à la requête.

C’est ainsi que le clerc Jacques PREVOST est désigné en qualité d’administrateur ad hoc des mineurs Denis et Anne MIGNET à l’effet de renoncer, au nom de ceux-ci, à la succession de Mme germaine MAZIERES, veuve en seconde noces non remariée de Monsieur Auguste LE GUELLEC.

( la date de la Note de renseignements  DENAPE n’est  pas précisée … !)

Pour sa part, Me JARDILLIER veut colmater la situation, et il va donc se préoccuper d’obtenir— à toutes fins utiles ?— la renonciation de Mme Virginie RIOU, la mère de Marie-Louise RIOU-LE GUELLEC.

C’est  ainsi que le 13 mai 1985, 10h , se présente au greffe du TGI Nice, par devant le greffier en chef ( soussigné qui n’indique pas son nom) Me Jocelyne-Elda LE BRETTON, avocat au barreau de Nice, Palais soleia, 19 bd Gorbella, agissant en qualité de mandataire de Mme Virginie Hortense Marie LE GUELLEC, veuve non remariée de Monsieur Louis Marie RIOU, retraitée, née à Douarnenez le 5 juillet 1889, demeurant à Quimper, 37 rue de la Providence, suivant procuration passée par devant Me Michel CARIS, notaire à Quimper, en date du 16 mai 1985, laquelle déclare renoncer purement et simplement à la succession de M. Auguste LE GUELLEC, directeur de sociétés décédé le 18 février 1978 ,  neveu de la mandante !

Pour conclure le présent courrier, je tiens à vous rappeler que le notaire JARDILLIER est une fripouille , que les généalogistes recrutés pour ses manœuvres sont des escrocs, que la bénéficiaire actuelle de cette fripouillerie et de ces escroqueries, c’est vous,  la fille des assassins GAY DE VERNON, qui pataugeait vous-même  dans la fripouillerie et l’escroquerie …

Et pour conclure sur cette année 1985, je rappelerai l’arrêt rendu le 26 novembre 1985 par la Cour d’appel d’Aix qui infirme le jugement de relaxe prononcé le 24 mars 1984 par le tribunal correctionnel de Nice après une information pénale finalement baclée.

… J’indique à nouveau  qu’Il reste essentiel de retrouver les pièces pénales de ces années 1978-1985 et d’ouvrir à nouveau l’information pénale qui s’impose sur les faits de recel et de détournements d’actifs de succession, et usages de faux actes authentiques.

ET je veux citer ici quelques lignes de cet arrêt du 28 novembre 1985 :

« Attendu que Yves LE GUELLEC qui est né le 12 septembre 2002, a joui longtemps d’une excellente santé mais que son état mental et physique a commencé à s’altérer en décembre 1971 ( hémiplégie) puis en 1973 ( infarctus) et surtout en octobre 1977 à la suite d’un second infarctus.

Attendu qu’il est décédé le 12 février 1978 à son domicile après une longue prostration ; qu’à la date du testament authentique dressé dans sa villa, le 18 janvier 1978, dans des conditiions suspectes, il était manifestement très déficient ; que sa succession a été pourvue d’une administration judiciaire le 3 mars 1981

Attendu que la prévenue ( Christiane LAFONTAINE) a dissimulé le décès d’Yves LE GUELLEC à Demoiselle BERGIER, secrétaire pârticulière de LE GUELLEC, qui demeurait à Paris, ainsi qu’aux amis ou parents des époux LE GUELLEC, aux commerçants de Beaulieu ou de Nice qui étaient en rapports avec eux ; qu’ enfin, elle a personnellement organisé les obsèques dans le plus grand secret… »

Je ne sais, Mme DUBOIS, qui a fait écrire cela aux juges de la cour d’appel d’Aix, car la vérité, vous la savez, c’est que la secrétaire BERGIER, votre père GAY DE VERNON et votre mère DE LARRE DE LA DORIE, étaient parfaitement informés de la mise à mort programmée  puis du décès de Yves-Auguste LE GUELLEC… et la preuve, c’est que ce n’est pas la garde-malade Christiane LAFONTAINE qui a organisé les obsèques dans le plus grand secret, c’est ce quarteron de criminels que vous composez avec les trois précités, qui ont évidemment organisé les obsèques en secret loin de la Bretagne natale, et c’est avec l’argent des sociétés LE GUELLEC que ces obsèques ont été payées.

Qui pouvait signer les chèques ? Sûrement pas, la garde-malade.

Et d’ailleurs qui a signé, sinon la secrétaire BERGIER, votre complice dans l’abjection et la spoliation !

Il s’agit bien d’une bande organisée au sens criminel du terme.

 

J’adresse copie de ce courrier pour information à M. le Préfet de Quimper, M. le Sous-Préfet à Chateaulin, ainsi qu’à MM. les Procureurs généraux à Rennes,  Quimper et Versailles.

J’en adresse enfin copie à M. le Président de la République ainsi qu’à M. le Premier Ministre.

Je n’en adresse pas copie à Mme le Garde des sceaux, puisque celle-ci revendique publiquement sa volonté de  s’abstraire des dispositions du code de procédure pénale qui déterminent ses compétences propres,  et ainsi  abandonner l’action publique aux seuls représentants du Ministère Public … ce qui ne peut que satisfaire les clans et réseaux qui ont appris depuis longtemps à assurer leurs manigances sur l’instrumentalisation passive ou délibérée du Ministère Public.  

 

Cet article, publié dans Affaire Claude Léonard, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s