BPROP, Banque Parisienne Régionale de l’Ouest Parisien

Image associée

Paris le 10 avril 2015

Jacques BIDALOU

Magistrat honoraire

       à

  1. le Procureur de la République près le TGI de Strasbourg

OBJET : Votre décision de classement sans suite du 25 mars 2015 qui met fin à l’enquête préliminaire ouverte par un de vos substituts et qui avait donné lieu à mon audition par o.p.j .

J’ai l’honneur de vous accuser réception de votre décision que j’entends contester avec la détermination qui s’impose.

Pour stopper les investigations de votre Parquet, vous avez manifestement usé de votre pouvoir hiérarchique qui en aucun cas n’autorise à faire prévaloir des ordres de ne pas poursuivre et de porter ainsi atteinte à l’exercice de l’action publique qui est une garantie fondamentale pour les droits et libertés de vos concitoyens. 

Il est vrai que votre décision de classement sans suite est motivée ( !) :

« L’examen de cette procédure ne justifie pas de poursuite pénale au motif que les faits dont vous vous êtes plaint ne sont pas punis par la loi ».

Sic ! Ce n’est pas une motivation, c’est une quenelle de procureur !

Quels sont donc les faits dont je me suis plaint ?

Les déclarations mensongères qui me sont systématiquement opposées pour faire croire que la somme de 255 015, 03 f ( 211 994, 59 f au capital plus les intérêts au mois de mai 1999, 43 120,44 f)  qui était déposée depuis 1990 à la Caisse des Dépôts et Consignations suite à la vente par adjudication de mon domicile sur la requête d’un  magistrat alsacien ( le procureur général René KASTNER,  dernier magistrat vichyste en activité et rescapé de l’Epuration) , a été effectivement virée le 27 mai 1999 sur un compte KASTNER et donc régulièrement remise à mon « créancier ».

C’est assez dire que si tout au contraire , il y a eu le vol de l’argent d’autrui par détournement de fonds consignés, cela devrait à tout le moins intéresser la loi pénale, sinon la loi in abstracto.

Je vous pose dans la question : Comment pouvez vous accréditer de tels mensonges qui renvoient aux pires incohérences, contradictions, manœuvres frauduleuses et autres falsifications d’écritures aux fins de détournement de fonds consignés ?

J’espère que vous avez des enfants en âge scolaire ( 12-15 ans)  et ils pourront vous délivrer de vos aveuglements que je ne peux croire volontaires.

Montrez leur d’abord ce courrier du 5 août 2009 que m’a adressé la CDC , dès lors que le Directeur Général Augustin ROMANET s’est effrayé à juste titre que dans une procédure de référé jugée le 8 juin 2009, aussi bien le juge qui a statué ( le président BINOCHE) que moi-même mais aussi la propre avocate de la CDC ( Me Agnes PROTAT) ont vraiment cru, sur la foi du compte n° 82899 produit par la CDC,  que la somme litigieuse avait été virée sur le compte KASTNER d’une Banque dénommée BPROP Ht RHIN COLMAR ST … qui avait  le défaut de na pas exister !

Par ce courrier du 5 août 2009—- qui intervient donc après l’ordonnance du 8 juin 2009, alors donc que la procédure de référé est terminée— il est donc porté à ma connaissance  que c’est en réalité sur un compte KASTNER à la  Banque BPROP, Banque Populaire de la Région de l’Ouest Parisien , que les sommes déconsignées revenant à KASTNER ont été virées le 27 mai 1999.

Cette claire mise au point s’accompagne d’obscures et  étranges

indications sur la Banque Populaire d’Alsace qu’il m’est recommandé d’aller interroger.

Interroger cette BPA pour apprendre quoi ?

Ce que devait m’apprendre ce courrier du 16 septembre 2009 que vous voudrez bien soumettre à la sagacité de vos enfants :

Oui, ce que m’a écrit la CDC, ce sont des informations exactes, les sommes déconsignées revenant à KASTNER ont donc bien été virées le 27 mai 1999 sur un compte KASTNER de la BPROP .

Mais la Banque Populaire d’Alsace, pour mieux me convaincre que c’est la verité, m’affirme par ce même courrier que Oui  c’est sur un compte KASTNER ouvert à la BPA alors dénommée Banque Populaire du Haut Rhin , que la CDC, le 27 mai 1999,  a viré le montant de la somme revenant à KASTNER !

… Déjà, vous devinez , M. le Procureur de la République, que vos enfants vont vous regarder avec incrédulité et inquiétude… Comment pouvez vous accepter  et en tout cas croire comme conforme à la vérité, deux affirmations qui sont aussi manifestement contradictoires et inconciliables ?

Enfin papa, dirons vos enfants, réfléchis, ou bien il y a eu virement sur le compte KASTNER à la BPROP, ou bien il y a eu virement sur le compte KASTNER à la BPA !

 

La jeunesse n’a pas d’intérêts vaseux à préserver, seulement le souci de la vérité et de la clarté, elle sait être impitoyable quand elle ne veut pas être trompée, et vos enfants, croyez le, vont vous faire relever ce que vous n’avez pas vu ou voulu voir.

Car il y a pire  que le A = non A que vous défendez !

Le courrier du 16 septembre 2009 de la BPA précise que c’est une somme de 211 894, 59 f qui a virée !

Mais n’étais-je pas plutôt  débiteur d’une somme de 255 015, 03 f ?

Faut-il s’imaginer que le 27 mai 1999 c’est une somme de 255 015, 03 f. ui a été virée par la CDC sur le compte KASTNER de la BPROP, et que le même jour, c’est une somme de 211 894 ; 50 f qui a été virée par la CDC sur le compte KASTNER de la BPA ?

En vérité, M. le Procureur, tout s’explique :

Les 211 894, 59 f déposés à la CDC en 1990 en suite de l’adjudication de mon domicile, ont produit des intérêts, soit à la date du 27 mai 1999, une somme de 43 120, 44 f.
Et j’entends d’ici vos enfants, dont une longue pratique de la carrière dans la magistrature n’a pas altéré la réflexion , et qui vont donc vous interroger : Qu’est devenue la somme de 43 120, 44 f si elle n’ a pas été virée sur le compte KASTNER de la BPA ?

 

Convenez en , nous sommes là dans un monde de la folie, où plus aucune logique ne vient r régler les raisonnements. Prenez garde, vous enfants vont finir par se rendre malades : Comment ? le virement

de 255 015,03 f sur une banque de la région parisienne, c’est exactement pareil qu’un virement de 211 894, 59 f. sur une banque de la région alsacienne ?

Il n’y aurait donc pas que les ivrognes à voir double ?

… Vous allez vraiment inquiéter vos enfants, si vous ne pouvez leur donner une explication limpide !

Mais ce n’est pas tout, car entre le courrier du 5 août 2009 que m’a adressé la CDC et le courrier du 26 août que j’ai adressé à la BPA et qui aura pour réponse le courrier susévoqué du 16 septembre 2009, j’avais pris la précaution de m’adresser directement à la Banque de France par un courrier du 25 août 2009… et après avoir pu observer comment la BPA me répondait, la Banque de France a pris soin de  m’apporter une réponse, en date du 2 décembre 2009 !

Pour dire quoi ?

Une réalité qu’aussi bien la CDC que la BPA ne voulaient certainement pas me faire connaître, soit « la compétence géographique déterminée » de chacun des établissements faisant partie du Groupe Banque Populaire.

Là encore vous pouvez vous faire expliquer la situation par vos enfants, si elle vous semble trop complexe.

 

Pourtant c’est simple.

La BPROP , Banque Parisienne, ne peut exercer ses activités que dans la partie ouest de la région parisienne … et la Banque Populaire d’Alsace ne peut opérer que dans la région Alsace !

C’est simple et implacable !

 

Lorsque par son courrier du 5 août 2009, la CDC vient me raconter son histoire de « relais » entre ces deux banques indépendantes que sont la BPROP et la BPA, elle manœuvre , elle triche, elle camoufler qu’elle a en réalité disposé de mon argent à sa guise,

capital et intérêts compris…et que le prétendu créancier KASTNER n’en a pas eu un centime !

D’ailleurs dans toute cette affaire, KASTNER n’aura été qu’un prête-nom  à son insu.

 

Mon argent est parti chez les habituels prédateurs de la République française, ceux-là mêmes qui ont appris à ne surtout rien redouter d’une justice qui ne fait jamais que là où on lui dit de faire, et qui classe ou refuse d’informer dès lors que la vérité serait dérangeante pour ses maîtres !

 

  1. le Procureur de la République, vous aurez compris que je n’accepte pas que l’incohérence la plus grossière, les mensonges les plus stupides, les manœuvres les plus débiles puissent être toujours et toujours authentifiés par les autorités judiciaires, comme si dans l’institution judiciaire, le serment ne méritait pas plus de respect que la bistouquette d’un DSK à l’assaut d’une femme de chambre , et qu’il faille traiter l’exigence de cohérence comme relevant assurément de

l’obscénité.

La Magistrature française a su s’accommoder sans difficultés de la vente forcée de mon domicile qui a permis d’ajouter à l’interdiction à partir de l’année 1987,  d’exercer mon métier et de gagner ma vie et celle de ma famille, avec en outre la suppression immédiate   de tous droits sociaux, le renvoi à partir de 1990 à la situation de SDF qui est encore aujourd’hui la mienne.

Je ne veux pas renoncer en 2015 au droit d’exiger la mise en mouvement de l’action publique et son exercice rigoureux pour découvrir la traçabilité de la somme de 255 015, 03f ( et ses intérêts légaux depuis 1999)  dont je m’estime aujourd’hui créancier sur l’Etat.

J’adresse copie de ce courrier pour information à M. le Président de la République, Chef de l’Etat, ainsi qu’à M. le Gouverneur de la Banque de France.

J’en adresse également copie à M. le Procureur général près la cour d’appel de Colmar pour valoir recours sur le fondement de l’article 40-3  du CPP, ainsi qu’à M. le Président compétent de la Commission d’admission du Conseil Supérieur de la Magistrature pour valoir plainte en application de l’article 65 de la Constitution.

 

Par ces Motifs

Plaise à M. le Procureur de la République près le TGI Strasbourg

Désavouer sa décision de classement sans suite qui n’est que l’irruption illégale du pouvoir hiérarchique dans l’exercice de l’action publique et donc une atteinte à l’indépendance du Ministère Public.

Exiger d’urgence la communication des comptes KASTNER à la Banque Populaire d’Alsace, avec date d’ouverture et date de clôture.

Cet article, publié dans Affaire Claude Léonard, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s