« Fonds spéciaux » de « l’affaire JOSPIN »

Résultat de recherche d'images pour "l’affaire JOSPIN"

Jacques BIDALOU                                                            Paris le 22 juin 2011

Magistrat honoraire

Président statutaire de SOS Victimes de Notaires

                     à

  1. le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

    s/c de M. le Procureur général près la Cour d’appel de Paris

    s/d de M. le Procureur de la République près le TGI Paris

OBJET : Pour en finir avec « l’affaire JOSPIN » ( audience du 1/7/2011)

Les conditions d’acquisition par les époux JOSPIN de leur maison de l’Ile de Ré n’en finit plus depuis plus de dix ans d’exciter les spéculateurs médiatico-politiques, lesquels, prompts jadis à dénoncer un prétendu « cabinet noir » de règlements de comptes politiques, s’abritent maintenant  derrière l’association SOS Victimes de Notaires et sa secrétaire générale Gisèle NERON, objet de poursuites pénales complètement bidonnées et destinées à faire diversion…

Diversion sur quoi, sinon sur l’origine des fonds avec lesquels les époux JOSPIN ont accédé à la propriété immobilière !

Mme Gisèle NERON n’est jamais intervenue dans cette affaire que pour défendre ses adhérents  victimes de notaires et tenter en conséquence de mobiliser le premier ministre qu’était alors M. Lionel JOSPIN ( sans lien de parenté avec des notaires, à la différence de l’actuel Premier Ministre qui sait rappeler ses liens) sur un problème social très éprouvant justement pour les victimes de ceux qui ont cru au slogan notaire = confiance !

Ce qui est certain  c’est que si quelqu’un a dit que M. JOSPIN a utilisé les « fonds spéciaux » pour acheter sa maison, ce n’est pas Mme Gisèle NERON, qui s’en est tenue à faire observer que le détail du financement indiqué par M. JOSPIN sur le perron de l’hôtel Matignon n’était pas celui retenu par la Cour d’appel de Poitiers pour la condamner abusivement pour un prétendu délit de dénonciation calomnieuse ( il n’y a jamais eu de dénonciation, sauf pour un Parquet soumis aux ordres et qui s’en dépendra finalement pour requérir la relaxe de Gisèle NERON, et  il n’y a pas eu de calomnie).

Si donc quelqu’un a dit que M. JOSPIN  avait payé sa maison avec les « fonds spéciaux », c’est M. Luc FERRY, ministre ou ancien ministre,  dans une émission télévisée de Jean-Marc ou Luc  FOGIEL !

Alors que Mme Gisèle NERON et l’association SOS Victimes de Notaires doivent pour la troisième fois agir en justice pour combattre les diffamations toujours réitérées  ( avec obligation de consigner mais  sans garantie pour la manifestation de la vérité… ce qui permet de persévérer dans la diffamation) , est-ce qu’il ne serait pas temps que comme pour l’affaire du ministre qui se serait fait « poisser » à Marrakech avec des petits garçons, M. Luc FERRY soit invité à confirmer ses propos télévisés de chez FOGIEL, après ceux de chez DENISOT, devant la police judiciaire ?

Cela permettrait peut-être de contraindre M. JOSPIN à s’expliquer véritablement au lieu de laisser ses amis journalistes issus du trotskysme reprendre dans leurs périodiques ou dans leurs livres leurs  calomnies pitoyables sur Gisèle NERON qu’ils aiment diffuser , comme s’il leur fallait toujours écarter quelque spectre terrorisant…

Tout ce qu’a voulu relever l’association SOS Victimes de Notaires c’est qu’il était surprenant que M. JOSPIN ait pu signer l’acte d’achat de sa maison de l’Ile de Ré sans avoir à indiquer l’origine des fonds… alors que son  Vendeur avait été contraint vingt ans plus tôt, quand aucune lutte internationale sur le blanchiment d’argent n’imposait alors ses contraintes, a inscrire dans son propre acte d’acquisition l’origine de ses fonds !

( et accessoirement, faut-il peut-être rappeler que c’est le notaire BATIGNY lui-même qui s’était vanté à l’époque d’être reparti de Matignon avec une valise d’argent … et qu’il n’a jamais été établi que le Vendeur s’est effectivement présenté à l’Hôtel Matignon pour signer l’acte de vente aux époux JOSPIN ).

Ce qu’il faut ajouter, c’est qu’il est consternant que l’abus de faiblesse par notaires véreux— NORMAND and Co…—  ait pu venir dans le débat public pour « l’affaire BETTANCOURT » mais que c’est toujours vainement que SOS Victimes de Notaires a attiré l’attention des Procureurs de la République sur ces notaires sans foi ni loi  qui arrivent à faire signer à des personnes octogénaires des opérations de financement outre-mer à la rentabilité lointaine sinon illusoire.

Depuis que le district attorney de l’Etat de New-York a su faire comprendre que la bistouquette désaxée d’un directeur du FMI ne faisait pas entrer la justice en débandade, il faut espérer que le Ministère Public saura maintenant  en France protéger ceux qui doivent servir de punching-ball pour la protection des notables repus qui se planquent derrière les malfaisances d’autrui.

 

 

 

Cet article, publié dans Affaire Claude Léonard, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s